Vers un troisième mandat libéral?

L’état d’âme des Ontariens

Vous souvenez-vous de ma première analyse des intentions de vote en Ontario? C’était encore l’été, les gens étaient politiquement insouciants et le lieutenant-gouverneur n’avait pas encore convoqué les électeurs aux urnes. À ce moment, les données prévoyaient un balayage conservateur. Les libéraux étaient dans l’eau chaude.

Après deux semaines de campagne, la situation a évolué. Du moins, c’est ce que suggèrent les trois derniers sondages publics (Harris-Decima, Nanos, et Ipsos-Reid). Ajustons les résultats moyens de ces trois sondage selon la taille de leur échantillon respectif. Ce calcul accorde 38% des intentions de vote aux libéraux, 34% aux conservateurs, 24% aux néo-démocrates et 3% aux verts.

Puisque la différence entre les appuis des Grits et des Tories tombe à l’intérieur de la marge d’erreur, nous pouvons considérer que les deux partis sont maintenant nez à nez. C’est une remontée significative des libéraux au détriment des conservateurs. Quant aux néo-démocrates ontariens, ils semblent au beau fixe, en dépit du capital de sympathie généré par le décès du leader fédéral, Jack Layton.

La montagne accouche d’une souris

En utilisant encore une fois ma méthode rudimentaire de projection de sièges, ces intentions de vote se traduisent par une situation politique presque inchangée.  Après quatre semaines de campagne, l’Ontario se retrouverait avec un troisième gouvernement libéral majoritaire, avec une opposition officielle conservatrice et une carte électorale largement intacte. À peine une douzaine de circonscriptions changeraient de partis.

Ainsi, les libéraux ne gagneraient aucune nouvelle circonscription et en perdraient une dizaine. Les principaux bénéficiaires de cette usure du pouvoir seraient les néo-démocrates. Ils pourraient conquérir des comtés dans la capitale fédérale (Ottawa Centre), à Toronto (Davenport, York South-Weston) et dans le Nord de la province (Algoma-Manitoulin, Thunder Bay-Atikokan, Thunder Bay-Superior North, Timiskaming-Cochrane).

Le Parti conservateur serait le grand perdant de ces élections. Il devrait préserver ses comtés actuels et faire des gains, par la peau des dents, dans Barrie, Eglinton-Lawrence, Kitchener-Conestoga et Nipissing, mais ce serait une mince consolation. En ne détenant qu’une trentaine de sièges à Queen’s Park, Tim Hudak perdrait sa chance de gouverner la province et se verrait confiner au poste de Leader de l’Opposition officielle. Ses militants pourraient aussi lui montrer la porte de sortie.

Comprendre la remontée libérale

Comment expliquer cette remontée significative des libéraux dans les intentions de vote?  En science politique, le choix des électeurs est généralement expliqué par quatre facteurs:

  1. la loyauté à l’égard d’un parti politique (une habitude acquise en famille),
  2. la perception des chefs de parti (leadership, compétence, intégrité, empathie), 
  3. la comparaison des plateformes électorales en fonction des intérêts personnels (calcul coût-bénéfice), et
  4. la perception du bilan économique du gouvernement sortant (surtout à l’égard de l’emploi).

L’importance relative de ces différents facteurs varie selon les circonstances. Dans le cas actuel, c’est probablement la perception des chefs qui a changé le plus rapidement dans les dernières semaines.

Après le congé de la Fête du travail, la publicité électorale s’est intensifiée. Elle a rejoint un public plus large et plus attentif.  Les camps libéraux et conservateurs ont tous deux diffusé des publicités négatives, mais avec des impacts différents. En effet, il est plus facile de démoniser un politicien lorsqu’il est relativement inconnu et que son image est encore malléable. D’ailleurs, les données de Nanos sur la perception des chefs confirment que les attaques ont porté un coup plus dur à Hudak qu’à McGuinty.

Pourtant, la propagande politique n’expliquent pas tout. Le chef conservateur est l’artisan de son propre malheur. Il a terni son image en critiquant la promesse libérale d’un crédit d’impôt pour l’embauche d’immigrants qualifiés. Ce projet pose quelques problèmes, j’en conviens, mais en le présentant comme un « plan d’action affirmative pour les travailleurs étrangers », Hudak a frisé la xénophobie et violé les normes de la culture politique ontarienne. Cette manœuvre l’associe aux tactiques polarisatrices d’un Mike Harris plutôt qu’à la politique rassembleuse des Leslie Frost, John Robarts et Bill Davis. Elle a pu plaire à une frange déjà gagnée au Parti conservateur mais elle pousse les indécis dans les bras du Parti libéral.

Andrea Horwath s’est bien tirée d’affaire jusqu’à maintenant. Les électeurs qui la connaissent la perçoivent comme une personne empathique et intègre mais elle doit maintenant faire valoir ses qualités de leadership et sa compétence à gouverner. Le débat des chefs sera donc crucial pour la cheffe du NPD.

Pas si vite…

Je dois résister à la tentation d’analyser à l’excès. La campagne vient à peine de prendre son envol et une importante tranche de l’électorat reste volatile. La projection de siège indique des luttes serrées (≤ 5 % de différence) dans environ un tiers des circonscriptions. Rien n’est encore joué. Restez à l’écoute!

About these ads
Comments
3 Responses to “Vers un troisième mandat libéral?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. [...] de sièges à Queen’s Park. Riquons donc une projection de siège, en ré-utilisant la méthode très rudimentaire qui nous avait permis de prédire un troisième mandat libéral (mais faiblement majoritaire) en [...]

  2. [...] de sièges à Queen’s Park. Risquons donc une projection de siège, en ré-utilisant la méthode très rudimentaire qui nous avait permis de prédire un troisième mandat libéral (mais faiblement majoritaire, [...]

  3. […] de sièges à Queen’s Park. Risquons donc une projection de siège, en ré-utilisant la méthode très rudimentaire qui nous avait permis de prédire un troisième mandat libéral (mais faiblement majoritaire, […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse de courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir les nouveaux billets d'Alexandre par courriel.

    Rejoignez 30 autres abonnés

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 30 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :