CENTRE SUR LES DÉFIS MONDIAUX

Le centre sur les défis mondiaux

Le Centre sur les défis mondiaux (CDM) est un forum de politiques publiques associé à l’École des affaires publiques et internationales de Glendon. Le CDM veut stimuler le débat public. Il rassemble des meneurs d’idées —praticiens et universitaires, décideurs et chercheurs—pour explorer l’angle canadien des défis de l’heure. Ces enjeux incluent : 1. harnacher l’économie mondiale ; 2. adapter l’architecture de la santé et des services sociaux à l’économie du savoir et à la nouvelle démographie ; 3. accommoder la religion, la diversité et la citoyenneté commune ; 4. améliorer le fonctionnement des institution étatiques.

La mission du Centre : une collaboration internationale, interdisciplinaire et intergénérationnelle

Nos institutions et outils de politique publique actuels ne semblent pas être à la hauteur des défis nouveaux et émergents auxquels nous sommes confrontés, défis qui sont : de plus en plus complexes, puisqu’ils débordent les frontières des disciplines traditionnelles et présentent souvent des dimensions à la fois locales et mondiale ; inhabituels, de sorte que les hypothèses et les méthodes classiques ne leur conviennent pas spontanément ; et ils sont controversés, ou du moins multifactoriels, en ce qu’ils présentent de nombreux foyers de conflit et concernent des intérêts divergents.

Le Canada n’a pas su se doter d’institutions capables de combler l’écart considérable qui sépare le milieu universitaire de l’administration publique. Les recherches et le savoir cumulatif qui devraient orienter les politiques publiques sont souvent inaccessibles et demeurent ignorés des décideurs et de la population en général. L’interaction entre ces différentes communautés reste fortuite; chacune a un langage, des intérêts et des carences qui lui sont propres.

Face à ces défis d’envergure mondiale, il est impératif de remettre en question nos postulats, de valoriser la continuité du débat et d’encourager la collaboration entre les disciplines et entre les différents intérêts. Pour progresser concrètement, nous devons mettre en présence l’expertise la plus chevronnée, l’érudition la plus poussée et la recherche de pointe, d’une part, et les chefs de file parmi les praticiens et les décideurs, d’autre part, afin qu’ils apprivoisent le langage et les intérêts de leurs vis-à-vis, qu’ils en arrivent à s’influencer mutuellement, qu’ils approfondissent et entretiennent leur collaboration.

Afin de relever ces défis avec succès, nous devons pouvoir compter sur une population renseignée et engagée, consciente des enjeux et des compromis nécessaires; une population qui, dans l’idéal, participe pleinement au processus politique et au travail sur les politiques publiques. En particulier, puisqu’un nombre croissant de jeunes Canadiens tournent le dos aux formes traditionnelles de la politique et de l’engagement public, nous avons le devoir d’amener les jeunes à prendre part à une telle entreprise.

Seule une collaboration internationale, intergénérationnelle et interdisciplinaire entre les divers intérêts et approches nous permettra de trouver des solutions ingénieuses aux problèmes difficiles qui se dessinent sous nos yeux. Voilà, par conséquent, la mission que se donne le Centre sur les défis mondiaux.

Présentation du Centre

Le Centre sur les défis mondiaux est associé avec l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, la première école supérieure bilingue du genre au Canada. Le CDM fait appel aux ressources du Collège universitaire Glendon : ses professeurs, son personnel et ses étudiants, ainsi que les installations de son campus torontois. Situé à proximité du centre-ville, à distance égale du campus Keele de l’Université York, de l’Université Ryerson et de l’Université de Toronto, Glendon subit actuellement une cure de rajeunissement grâce aux octrois du gouvernement de l’Ontario et à des dons privés. Des salles de conférences et des espaces de collaboration sont créés ou agrandis, ce qui fait de Glendon un endroit commode et sécuritaire pour organiser des rencontres et des débats.

Alex Himelfarb, ancien greffier du Conseil privé et ancien ambassadeur du Canada en Italie, est directeur à la fois de l’École et du Centre. Il est assisté d’Alexandre Brassard, responsable de la coordination pour le CDM.

D’autres fonds, destinés aux activités de fonctionnement, ont été obtenus grâce aux dons de particuliers. La campagne de Glendon Leadership pour les défis mondiaux, présidée par Claude Lamoureux, ancien président et chef de direction du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, s’affaire à amasser des capitaux supplémentaires qui serviront à doter quatre chaires de politiques publiques, afin de bâtir et de cultiver les réseaux et d’entretenir le dialogue et la collaboration.

Le Centre a été inauguré en mars 2010.

L’approche du Centre

L’approche choisie pour le Centre est souple; elle évoluera au fil des circonstances. Chaque année, le Centre pourra mettre à l’étude jusqu’à quatre questions, réparties entre les grands axes de réflexion suivants :

1. Le harnachement de l’économie mondiale de façon à ce qu’elle profite au mieux-être des humains;

2. Le remodelage de l’architecture des soins de santé et des services sociaux en fonction des changements technologiques et démographiques;

3. La compréhension de la diversité, de la solidarité et du rôle de la religion dans les politiques et la vie publique;

4. La refonte des institutions gouvernementales, dans le but de promouvoir la créativité et l’engagement personnel comme contrepoids à « l’obsession » paralysante de l’imputabilité.

Forums de discussion

Chaque défi mondial mis à l’étude par le Centre est présenté, lors d’un forum public, par un panel d’experts qui adopte une approche multidisciplinaire. Ces experts sont choisis en consultation avec l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA), un établissement phare au Canada dans le domaine de la recherche internationale multidisciplinaire, et certaines universités et institutions partenaires, comme le Hennick Centre for Business and Law, Canada 2020 et la Fondation Pierre Elliott Trudeau, qui oeuvrent dans la même perspective.

Les forums, organisés avec des partenaires comme Canada 2020, dont la réputation en matière de débat sur les politiques publiques n’est plus à faire, font connaître les dernières avancées de la recherche au public intéressé : étudiants, praticiens, défenseurs, décideurs, journalistes et universitaires invités.

Les experts réunis en tables rondes tâchent de cerner les problèmes et questions clés à résoudre par des politiques publiques appropriées et proposent de nouvelles avenues pour les aborder, à la lumière des travaux de recherche. Un modérateur préside les débats, qui sont enregistrés sur vidéo et résumés dans des actes.

Soulignons que le Centre vise à rendre accessibles aux décideurs les connaissances et les recherches en les présentant en termes clairs, propres à encourager et à cultiver les échanges au sein du public. Dans ce but, le Centre s’est attaché la collaboration d’organisations reconnues pour l’intelligibilité de leurs communications, l’ampleur de leurs réseaux et de leur retentissement, auprès d’un public jeune en particulier. Au nombre de celles-ci figurent The Mark News et Global Brief.

Séances de travail

Les résumés des forums organisés par le Centre orientent les travaux d’un groupe formé de 20 à 30 décideurs, praticiens, journalistes et chercheurs, qui sont invités à une séance à huis clos de deux jours afin de poursuivre la discussion. Le but de ces séances est de produire des recommandations concrètes en vue de l’action et de la recherche. Chacune des séances réserve au moins cinq places à des étudiants en affaires publiques.

Les participants deviennent membres d’un réseau régulier dont ils déterminent ensemble les activités, qui peuvent comprendre des échanges d’idées et de vues, des ébauches de politiques publiques, des collaborations. Dans l’année suivant la séance de travail, les membres du réseau sont réunis à l’occasion du Colloque annuel sur les défis mondiaux, à l’issue duquel le Centre veille à produire et à diffuser des rapports et des cyberressources.

Comité consultatif de L’École des affaires publiques et internationales de Glendon

PRÉSIDENTE
Chaviva Hošek
Présidente et chef de direction, Institut canadien de recherches avancées (ICRA)

MEMBRES DU COMITÉ
Rosalie Abella
Juge de la Cour suprême du Canada

Kim Campbell
Ancienne première ministre du Canada

Mel Cappe
Président de l’Institut de recherche en politiques publiques; ancien greffier du Conseil privé

David Collenette
Ancien membre du Conseil des ministres du Canada

Kenneth Courtis
Président fondateur de Asia Capital Partners et de East Gate Capital

Paule Doré
Administratrice de sociétés

Graham Fraser
Commissaire aux langues officielles, Canada

Paul Genest
Sous-ministre des Affaires intergouvernementales, des Affaires francophones et secrétaire associé du Conseil des ministres de l’Ontario

Roger Gibbins
Président de la Fondation Canada West

Chantal Hébert
Chroniqueuse aux affaires nationales, Toronto Star

Roy L. Heenan
Fondateur et associé de Heenan Blaikie; président et directeur-fondateur de la Fondation Pierre Elliott Trudeau

Claude Lamoureux
Ancien président et chef de direction du Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario

Ian H. Macdonald
Directeur du programme de maîtrise, Programme de maîtrise en administration publique, Université York; ancien président de l’Université York

Peter J. Meekison
Professeur émérite à l’Université de l’Alberta; ancien sous-ministre du gouvernement de l’Alberta

Michael Meighen
Senateur ; avocat, Ogilvy Reneault

L. Jacques Ménard
Président du conseil d’administration de BMO Nesbitt Burns ; président de BMO Groupe financier, Québec

André Pratte
Écrivain, chroniqueur et éditorialiste en chef, La Presse

Paul S. Rouleau
Juge de la Cour d’appel de l’Ontario

Jean-Louis Roy
Ancien président du Centre international des droits de la personne et du développement démocratique

Paul Wells
Chroniqueur principal, Maclean’s